Apollinien & Dionysiaque

Vision d’un Art total qui se joue des frontières. Apollinien dans les expériences de relâchement, propices au rêve et à la méditation. Dionysiaque dans les expériences festives, un lieu de rencontre physique intense, un espace, une performance où la musique et les images deviennent le langage de communion.

pictos-vision-av@2x

La technologie cachée dans l’interaction vient sublimer nos expériences en offrant un accès à un savoir universel. Volonté de créer un écosystème indépendant. Un réseau social autour de valeurs communes. La vision d’un monde où le temps réel est devenu la norme.

pictos-vision-globale@2x

PROJETS EN COURS

Metissage Japan

Photographies, textes, haikus, album musical, performance Live, installation interactive et application iPhone
Studiometis, 2019, Paris, France

Récit audiovisuel à partir d’un voyage au Japon. Entre Tokyo et Kyoto, entre urbanisme accéléré et nature ralentie, je rêve d’un nouveau langage universel.
D’un monde en devenir métallique, mécanique, formaté, je propose une expérience sensible, en fluidité perpétuelle, une musique qui épouserait nos humeurs : tantôt contemplative, rêveuse, tantôt festive, désir d’excès, besoin d’ivresse.

« We should wash our eyes after each look»  Kenji Mizoguchi 

pictos-photocreapoetrymusic@2x-1
Vidéo de simulation de l’application  musicale sur iPhone.
Identité visuelle

Présentation des différents modes de perception (installation, performance et montage).

Lightonme

Luminaire, installation interactive, album musical, performance Live et application iPhone
Studiometis, 2019, Paris, France
Vision d’une nouvelle forme d’expression et de communication en associant musique, lumière et interaction.
pictos-lumcreapoemusic@2x
Vidéo de simulation de l’application musicale sur iPhone.

Désir d'imprévu

Installation, conférences, ateliers, spectacle vivant et performances DJ/VJ
Théâtre de l'Agora, 2007, Evry, France

Invité par le collectif Art91 à participer à une exposition collective autour du BUG. J’ai choisi de traiter le sujet à travers le concept d’imprévu en créant un espace hédoniste fusionnant installation, projections, relaxation, atelier initiation VJing, performances audiovisuelles, conférences et spectacle vivant avec la participation du mime Benoît.

Dans un monde marqué par un Occident en déclin, je cherche à créer des nouvelles formes de transmission de savoirs. Pour un métissage culturel choisi, un humanisme militant accordé à une intégration harmonieuse des nouvelles technologies.

Le BUG, à l’origine c’est l’insecte, l’animal, la nature imprévue qui s’insère dans l’ordinateur, la technologie, perturbant le déroulement des calculs. Ce processus est très bien illustré dans Brazil le film de Terry Gilliam. Le fonctionnaire est distrait dans son travail par le bruit d’un insecte, d’un BUG avant le BUG. Parti à sa recherche il finit par l’écraser au plafond. L’insecte tombe et s’écrase dans l’ordinateur et change une lettre, le T devient B. Tuttle devient Buttle. Le ministère de l’information peut envoyer ses hommes. Monsieur Buttle sera arrété et assassiné par erreur.

Derrière le BUG c’est la question de l’imprévu qui se pose. L’imprévu dans la rencontre avec l’autre, avec la littérature, avec le cinéma, la machine, le son, la musique, le quotidien, l’amour. Comment faire face à l’imprévu ? Quels sont les pouvoirs d’adaptation, les capacités de gérer l’insécurité ? En se laissant séduire par certaines lectures notamment l’Eloge de l’insécurité de AW Watts nous présenterons ces idées en cherchant des exemples dans le sport, la religion, l’art, l’esthétique, la philosophie et le quotidien.

Le taoïsme et le pouvoir de l’eau à surmonter les obstacles par sa douceur et sa malléabilité, Le saule est souple par rapport au pin figé qui accumule la neige, lequel finit par céder. En art, le défaut, l’inattendu, l‘imprévu donnera la qualité de l’objet. Découvrir l’imprévu d’une pensée qui jaillit à travers, par exemple, une relecture de certains écrits de Gilles Deleuze, c’est l’incertitude radicale que quelque chose peut-être inventé. Dans le quotidien, c’est une éducation à réinventer, absorber les chocs quotidiens sans les fuir, jouer avec les imprévus de la vie, laisser venir les choses, avoir plus de souplesse lorsque le BUG se présente, laisser notre esprit absorber les chocs,

Pour illustrer ces propos nous nous appuierons sur un contact rapproché avec les habitants de la ville choisie. Des entretiens seront l’occasion d’écouter les avis de chacun sur la question du BUG, leur rapport à l’imprévu. Les témoignages pertinents seront intégrés dans les animations. Nous attacherons une importance particulière à obtenir un échantillon représentatif de la population en utilisant le principe des petites annonces. Les entretiens seront documentées (enregistrement audio et photos). Les images seront la base du voyage à travers la ville, avec ses immeubles, ses quartiers et ses habitants.

Les Smartiens

Installation interactive
Studiometis, 2006, Corbigny, France

Il ne s’agit pas des parapluies de Christo mais de l’invasion d’objets étranges, non identifiés, pacifiques, à caractère ludique. Le concept propose une nouvelle approche du Land Art en intégrant les nouvelles technologies et l’esthétique relationnelle à travers la complicité avec le monde rural et le public.
Imaginons un instant la portée du projet s’il était possible de réaliser une certaine quantité de ces ovnis colorés, équipés d’une installation lumineuse et reliés à Internet. Il serait alors possible de concevoir des spectacles lumineux tout à fait extraordinaires lesquels s’étendraient sur des kilomètres avec liaison musicale via Internet et reception dans les voitures des spectateurs. Un des atouts de ce projet est également la programmation dans le temps, la possiblité de changer le programme lumineux, les sons, les voix, la musique, il s’agit véritablement d’un nouveau médium. Le concept peut-être présenté comme une nouvelle forme de conte pour enfants, la métaphore d’un monde immatériel en train de naître.

Resituant le projet dans un contexte philosophique, certaines questions fondamentales apparaissent lorsqu’on s’intéresse à l’objet non identifié. Nous avons choisi de nous concentrer plus particulièrement sur l’inquiétante étrangeté, concept cher à Freud et au phénomène des automates, idée présente notamment chez E.T.A Hoffman, écrivain du XVIII ème siècle, dans un de ses contes, l’homme au sable.
Cette approche nous servira de support dans les rencontres avec les agriculteurs et sera l’occasion d’écouter leurs expériences: l’étrangeté dans le quotidienavec récits d’expériences par exemple et l’automate à travers l’évolution des technologies agricoles et le rapport des agriculteurs à leurs machines.

Spécialiste des questions d’esthétique relationnelle, je souhaite participer à la création d’un environnement social propice à l’écoute, au partage et aux récits d’expériences. L’implication des agriculteurs dans les phases du projet sera déterminante dans le succès du projet. Au delà des agriculteurs, un contact rapproché avec les familles, les écoles pourrait créer un lien enrichissant pour les enfants. En effet cet ovni est un conte, la métaphore d’un monde immatériel en train de naître. Cet ovni dématérialisé, sans habitant, sans signe de vie organique, peut-être un élément pour nous sensibiliser à notre environnement, nous réapprendre les saisons, réinventer nos traditions…

Sensibilisation du public
Durant la phase d’exposition, certaines rencontres pourront être accompagnées de la projection de films relatant de l’invasion d’ovnis sur Terre. Il est également possible de mettre à dispositon du public des cassettes audio, d’expérimentations musicales à écouter en voiture pendant le trajet à destination de l’installation.

En Juillet 2006 se répand la rumeur de la présence d’un objet volant non identifié dans les alentours de Corbigny. Certains auraient vu des traces dans le ciel. Des photos de nuit apparaissent dans la presse locale. La découverte de l’ovni a lieu le 20 Juillet vers 23H . Un automobiliste rentrant d’un dîner arosé passe en voiture le long de la D 545. Soudain il découvre dans la pénombre dans un champ un anneau lumineux rouge. Au début il croit à une hallucination, il continue sa route. Pris par le doute, il fait demitour. L’ovni est toujours la, il sort de sa voiture et essaie de s’approcher. Sur place, il découvre l’objet légèrement incliné sur le côté comme s’il avait glissé pour atterrir.
Le lendemain un article parait dans la presse locale relayant les faits de la veille. L’article est l’annonce implicite du vernissage de l’exposition.

Au bord des protocoles méta

Discussions, installation et performance DJ
Palais de Tokyo, 2006, Paris, France
Sur une proposition de l’artiste-enseignant Jean-Paul Thibeau, les protocoles méta sont le fruit d’une collaboration entre l’école supérieure d’art d’Aix et le Palais de Tokyo et d’autres participants dont l’école d’art de Blois, le Bureau d’Art et Recherche de Roubaix et Studiometis. Les rencontres et les sessions d’expérimentation constituaient «un espace de rencontre et de travail » reliant des acteurs aussi variés que des collectivités locales, des écoles d’art, des institutions artistiques (musées, centres d’art), des associations sociales ou médicales, des artistes, des philosophes…

Pour clôturer le projet, le 25 mars 2006, le palais de Tokyo accueillit sur une journée les protocoles méta qui comportaient une partie laboratoire de réflexion et une partie chantier d’expérimentation. En fin de journée le public fut initié aux différents ateliers et put accéder aux installations.

Sequences

Installation interactive
Peterborough Museum, 2004, Peterborough, Royaume Uni

Paul St George, curateur de l’exposition Sequences, a réuni des artistes contemporains travaillant avec les techniques dites de pré-cinéma. C’est ainsi que nous avons eu la possibilité de présenter Playonme sous la forme d’une installation interactive illustrée par les images d’une journée du projet Metissage Japan un voyage au Japon en 2002. Le vernissage eu lieu au musée d’art moderne de Peterborough. L’exposition se déplaca ensuite à travers l’Angleterre.

One Day One Night

Installation nocturne et performance DJ
Galerie Rachel Haferkamp, 2002, Cologne, Allemagne

Première exposition de mon voyage au Japon, en décembre 2002 à Cologne dans la galerie Rachel Haferkamp. L’idée était de proposer pour chaque nuit d’exposition une journée du voyage au Japon. L’installation était visible de nuit et de l’extérieur uniquement. Le soir du vernissage j’avais préparé un mix de musique électronique pour accompagner les images. Le dispositif mis en place pour trois semaines, complètement automatisé, permettait de projeter chaque nuit de nouvelles images correspondant à une autre journée passée au Japon. De cette expérience découla l’idée de perfectionner le dispositif et d’en faire une oeuvre d’art total en créant la musique, le texte et des animations graphiques : Metissage Japan était née.

Froschkönig

Installation interactive
Kunst und Ausstellungshalle, 2000, Bonn, Allemagne

Autour de la symbolique de la grenouille, icône de frog, nous avons proposé une installation interactive en utilisant la métaphore du conte Froschkönig. La jeune fille, dans le conte, perd sa balle en or dans un puit, s’ensuie alors un dialogue avec la grenouille qui lui propose de chercher sa bille en échange d’une promesse… Le puit symbolise également la connaissance, l’accès à l’information, la communication avec le reste du monde.

Pratiquement, chaque pas du spectateur sur un tapis vert interactif autour du puit déclenche des sons de la nature ou des voix d’enfants. Une position particulière sur le tapis permet de déclencher la vidéo visualisant ainsi l’historique de frog design: le premier Macintosh pour Apple, les télévisions Vega pour Sony jusqu’aux derniers projets pour SAP, Lufthansa ou Disney.

Cette installation faisait partie de l’exposition 4:3, rétrospective autour des 50 ans de design germano-italien. Les plus grands designers italiens étaient invités, Ettore Sottsass, Massimo Iosa Ghini, Memphis, Michele De Lucchi, Alessandro Mendini, Achille Castiglioni, Mario Bellini, Antonio Citterio, Pininfarina…Les allemands étaient représentés avec Richard Sapper, MetaDesign, Dieter Rams, Alexander Neumeister, frog design…

Living Bridge

Architecture conceptuelle
Concours, 1999, Düsseldorf, Allemagne

Proposition d’un pont fermé dont les murs sont interactifs. Les parois sont des miroirs vus de l’extérieur. A l’intérieur, les murs sont des écrans lumineux, réfléchissants les ombres des passants. Les gens à pied ou en vélo participent à une expérience unique d’un voyage du réel vers le virtuel pour retourner vers le réel. Les miroirs traduisent en temps réel les ombres en formes audiovisuelles.

Amphibious Living

Architecture conceptuelle
Concours, 1999, Amsterdam, Pays-Bas

Bordure, terre, eau, logement social, construction modulaire, autant de mots clés qui définissent ce projet. Inspiré du fonctionnalisme, du minimalisme japonais et fasciné par les bunkers de Normandie ce projet offre un confort de vie exceptionnel pour un budget limité.

Virtual Lake

Architecture conceptuelle
Concours, 1999, Amsterdam, Pays-Bas

Aujourd’hui, dans nos sociétés contemporaines il existe encore une frontière très forte entre le monde underground et overground, pas seulement une frontière territoriale ou physique mais aussi sociologique. C’est pourquoi transformer cette frontière matérielle d’asphalte en verre permet d’utiliser le monde souterrain comme un sous-sol, un espace supplémentaire de 8500 m2 (gastronomie, magasins…) sans créer un nouveau batiment en surface. Offrir de la lumière naturelle au sous-sol est un atout considérable pour l’homme. Chaque magasin en surface aurait un accès direct au sous-sol. Il serait alors possible d’aller au De Balie depuis l’hotel Américain par exemple sans quitter le sous-sol. Conçu comme un projet ouvert, ce concept est adaptable à d’autres squares, d’autres places à Amsterdam (Rembrandtplein, Waterlooplein…). Cette solution innovative pour augmenter les espaces sans perturber le caractère traditionnel d’une ville pourrait être une solution pour toutes les villes dotées d’un patrimoine architectural important.

Zeigung97

Scénographie, installations
Folkwang Universität der Künste, 1997, Essen, Allemagne

Premier projet d’expression intermédiale. Conception d’une scénographie pour présenter les travaux des étudiants en Arts et Design. La semaine a débuté avec un dîner indien pour les professeurs et les étudiants. Le même espace a servi ensuite à la mise en place de l’installation en faisant appel à un système d’échafaudages à l’ancienne, tout en bois. La salle des compresseurs de la Zeche nous servit également de café. La salle 12 fut transformée en club avec deux dancefloors.

connecter les points
un chaos organisé
un labyrinthe des possibles
un parc pour enfants
la métaphore d’un espace virtuel

“l’arbre impose le verbe être, mais le rhizome a pour tissu la conjonction et…et…et… “
Gilles Deleuze, Mille Plateaux

Dîner indien

Scénographie, installation, dîner et performance DJ
Folkwang Universität der Künste, 1997, Essen, Allemagne
L’espace industriel et gigantesque (18 x 50 m) de la salle 5 de la Zeche Zolverein nécessitait une recherche particulière sur l’éclairage tout en respectant les contraintes budgétaires. Autour d’un diner indien, DJV Selector a assuré la programmation musicale en proposant une réinterprétation sonore du film Gandhi mixé avec de la musique électronique.

influences
tadao ando, architecte
et la géométrie de l’espace

donald judd, artiste
et la réduction des formes

sol le witt, artiste
et la structure linéaire

matériaux
20 tables
140 chaises emmaüs
40 lampes h5
150 m câble électrique
20 profils en métal de 2m
400 m de filins
1 variateur lumière pro